La crise du coronavirus a bouleversé les médias. Les moyens de production et de diffusion ont dû être repensés, réinventés. Si certains médias ont pris le tournant du tout numérique au ralenti, la récente crise les a mis face au mur. Une convergence brutale, non sans conséquences. Fast & furious.

Parallèlement, le besoin d’informer a été plus que jamais capital, comme à chaque moment d’Histoire. Connaître l’avancée de la situation, suivre les discours du Président, apprendre les décisions gouvernementales et les nouvelles mesures instaurées près de chez soi…

Les médias l’ont bien compris. Ils jouent leur avenir. L’urgence : exploiter les nouveaux canaux d’échanges et conquérir les plus jeunes générations, trop souvent confrontées aux fake news pullulant sur les réseaux sociaux. Des enjeux majeurs pour ceux qui “tiennent dans leurs mains le pouvoir de façonner le futur de la République”, selon Joseph Pulitzer.

The power to mould the future of the Republic will be in the hands of the journalists of future generations.

Joseph Pulitzer

“I used to be… The place to be”

Globalement, la pandémie a été bénéfique pour tous les réseaux sociaux. L’utilisation des plateformes communautaires a augmenté de 61 %. Un boom sans précédent. L’explosion des lives Instagram, les challenges à nomination sur Facebook… Vous n’êtes sûrement pas passé à côté. Peut-être même, comme moi, vous êtes vous inscrits sur Tik Tok, à la recherche d’un exutoire.

Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat… Ce n’était donc qu’une question de temps avant que les médias d’information français ne débarquent sur Tik Tok, la plateforme en vogue qui, ayant dépassé les 2 milliards de téléchargements pendant le confinement, s’est établi comme le grand gagnant de la crise du coronavirus.

En France, le magazine Gala revendiquait jusqu’ici 700 000 abonnés. Depuis le confinement, le magazine people a franchi la barre symbolique du million d’abonnés, faisant de lui le premier média français de la plateforme.

Ça fait Tic – Tac – Boum.

Du drôlement sérieux

Si l’appli a redéfini à elle seule le sens de viralité pendant l’épidémie, elle ne propage pas que des play-back à en donner la fièvre. C’est encore plus d’actualité avec le nouveau challenge qui fait sensation, en réaction au mouvement #BlackLivesMatter : le “Check Your Privilege Challenge“. Un ravivement de militantisme qui a poussé divers médias à s’inscrire, comme Le Monde, la semaine dernière (mais ça, nous le verrons plus bas).

Aux États-Unis, de nombreux médias d’information avait déjà sauté le pas. La chaîne de télévision NBC (147,2K abonnés) par exemple, ou encore le journal de référence Washington Post (548.3K abonnés). D’une fréquence d’une publication par jour, le journal alterne vidéos décalées, coulisses de la rédaction et courtes explications d’experts sur des sujets d’actualité.
Le compte est incarné par une personne, le journaliste Dave Jorgenson. “Meet Dave” :

@washingtonpost

Hope this works! Thanks for the tips @addisonre

♬ The Washington Post March – washingtonpost

Ok, là, c’est de la déconne.

Plus sérieusement, suite à la mort de Georges Floyd, de plus en plus d’athlètes se mobilisent pour soutenir le mouvement #blacklivesmatter. Ils s’expriment, plus fortement que jamais. Une journaliste sportive de la rédaction du Post fait le point.

@washingtonpost

Following George Floyd’s death, more athletes are saying #blacklivesmatter than ever before.

♬ original sound – washingtonpost

Le règne de “l’infotainment”

Si la plateforme vidéo du chinois ByteDance était jusqu’à présent l’apanage des médias français de divertissement (Gala, AuFéminin, Konbini, AlloCiné, TF1…), l’information commence doucement à y faire son nid. De grands titres d’information se déploient, mais certains peinent encore à trouver leur stratégie éditoriale, entre contenus inédits et recyclage de stories Insta.

Comptant aujourd’hui 12,7K abonnés, BFMTV s’est lancé en février 2019 avec la publication d’une première vidéo “Nos astuces pour ressembler à la plus bonne de tes copines. #ayanakamura“. Depuis, la “première (chaîne TV) sur l’info” publie (presque) exclusivement du contenu divertissant. Exemple avec son format spécial interviews d’artistes : les “Interviews Breaking News“.

Dans les premiers arrivés, on compte également @lefigarofr, lancé en août 2019. Avec 3 353 abonnés et 40 vidéos publiées depuis la création du compte, “le journal d’actualités depuis 1826” se fait assez discret. Pourtant, entre la découverte des coulisses du journal et la tonalité de traitement de l’info très pédagogique, il y a du potentiel !

Brut a aussi réagi rapidement. Inévitablement. Le média en ligne compte aujourd’hui 181,8 K abonnés depuis son lancement en octobre 2019. Bien avant la crise épidémique.

On y retrouve des contenus “à la Brut”, plus divertissants que ceux auxquels les internautes sont habitués sur les autres réseaux sociaux (clairement ciblés à destination d’une audience juvénile) et retranscris avec les codes graphiques propres à la plateforme. L’intro du compte : “l’info que tu pensais pas trouver sur TikTok“. Un format y est notamment développé, vu sur aucun autre canal : le “3 questions à“.

#InfoChallenge

Le Monde, le quotidien national payant le plus lu en France, a fait ses premiers pas sur Tik Tok ce lundi 15 juin. La rédaction explique ses objectifs et dévoile sa charte avec transparence dans cet article au titre synthétique : “La même info, de nouveaux codes“.

“Ce que nous ferons :

  • du contenu original ;
  • cinq publications par semaine ;
  • deux journalistes pour les incarner ;
  • de la vérification, pour combattre la désinformation ;
  • de l’explication et du contexte pour comprendre les sujets importants ;
  • de la légèreté et un peu d’humour (on n’est pas des bêtes), mais aucun compromis sur la fiabilité des infos délivrées ;
  • nous échangerons avec nos lecteurs et nous répondrons à leurs interrogations avec transparence.

Ce que nous ne ferons pas :

  • des publications conçues pour être futiles sous prétexte que l’on s’adresse « à des jeunes » ;
  • du contenu recyclé ;
  • du « lipsync », des chorégraphies spectaculaires ou des tutos beauté (ce n’est pas notre spécialité, on laisse ça aux pros) .

Depuis sa création, le journal semble déjà tenir ses promesses.

@lemondefr

Après la mort d’un ours brun dans les Pyrénées, on fait le point sur la population de cet animal en France. #tiktokacademie #nature #environment

♬ EXPERIENCE – Sean Redmond

A son tour, L’Equipe s’est offert, début juin, un compte Tik Tok pour ses 20 ans. «Nous allons y traiter chaque jour, en moins d’une minute, d’un sujet lié au sport, avec un ton décalé», explique Emmanuel Alix, directeur du numérique.

@lequipe

Le site L’Équipe fête ses 20 ans et pour célébrer cela on arrive aussi sur TIkTok, alors suivez-nous! #lequipetiktok

♬ son original – lequipe
@lequipe

Cristiano Ronaldo claque un nouveau record et dépasse le milliard de gain en carrière ! #tiktoklequipe #football #cristianoronaldo #tiktokacademie

♬ BOLD AND BEAUTIFUL – TJ Carter

S’inscrire sur Tik Tok est une excellente stratégie pour un média d’information. Tant pour le “test & learn” que pour la réalisation d’objectifs marketing. Toutefois, chaque innovation demande des moyens et de l’investissement. Rappelons que depuis quatre ans, Le Monde a déployé une équipe de six personnes pour traiter l’information sur Snapchat.

La médiasphère française est donc certainement sceptique face au rendement de cette initiative qui demande beaucoup de travail et reste un pari risqué.

En attendant de voir une information enrichie et des titres de presse quotidienne régionale débarquer, rendez-vous sur Tik Tok : @amandinem6.

Allons-y… On y va !

Aller plus loin

Amandine Munier

S'intéresse aux médias sociaux, à l'évolution de l'information à l'heure du numérique pour tenter de comprendre ce qui fait le monde d'aujourd'hui. La pâtisserie, c'est cool aussi.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *