Du chaos naît une étoile”. En pleine crise du Coronavirus, de nombreuses initiatives ont émergé en Alsace pour aider le personnel soignant, les producteurs et commerçants ou encore les consommateurs. Digital et innovation vont bien souvent de paire et cela est d’autant plus vrai lorsque les Français sont bloqués à la maison. Hackathon, groupes de solidarité, carte interactive… Voici quelques belles initiatives alsaciennes encore au stade de projet ou déjà très concrètes qui sont nées sur le web et qui n’attendent plus que vous. 

Des groupes de solidarité sur Facebook

Dès le début du confinement, la solidarité s’est mise en place à travers les réseaux sociaux. Régis Bacher a lancé sur Facebook le groupe Solidarité restaurateurs et commerces d’Alsace pour permettre aux professionnels d’écouler leurs stocks au lieu de les jeter. Le groupe très actif réunit aujourd’hui près de 10 000 membres ! 

Avant cela, les Dernières Nouvelles d’Alsace avaient lancé sur Facebook le groupe Coronavirus : entraide en Alsace pour rapprocher ceux qui peuvent donner un coup de main de ceux qui en ont besoin. Covoiturage, courses, garde d’enfants… , le groupe crée du lien entre ses 11 000 membres. Je salue au passage le formidable travail d’Amandine de La Click et de ses collègues des DNA qui assurent une couverture de l’information à la fois pratique et interactive, dépoussiérant la presse locale.

Groupe d'entraide Facebook des DNA face au Coronavirus

Enfin, la page Facebook Mask Up (initialement Mask Attacks) créé par la Strasbourgeoise Sophie Cambra réunit aujourd’hui près de 1 500 fans partout en France. Les couturières et couturiers amateurs se mobilisent pour fabriquer des masques en tissu pour le personnel soignant.

Trouver les commerces ouverts autour de chez soi

Le confinement a provoqué une double problématique. D’un côté les commerçants et les producteurs alsaciens ont du stock de produits de première nécessité mais sont contraints de fermer par mesure de sécurité. De l’autre côté, les consommateurs alsaciens peinent à trouver où faire leurs courses ne serait-ce que pour s’alimenter. Arnaud Guittard, suivi par Thomas Cruzol ont eu la bonne idée de répertorier sur une carte interactive tous les commerces alsaciens ouverts ou qui proposent des services de drive ou de livraison. 

Carte des commerces ouverts en Alsace pendant la crise du Coronavirus

L’initiative a été reprise et complétée par la CCI Alsace Eurométropole en partenariat avec la Chambre des Métiers d’Alsace (CMA) et la Chambre d’Agriculture d’Alsace avec une carte interactive de tous les établissements ouverts pendant le confinement. La base compte plus de 1 000 points de vente à ce jour en Alsace. Si vous êtes commerçant et ouvert, pensez à ajouter votre établissement.

Et pour ceux qui ne sont pas ouverts ou ne disposent pas de services à distance ? Des acteurs du web alsacien se sont associés à l’initiative #eCommerceSolidaire de Friends of PrestaShop, portée en Alsace par Benjamin Louis pour proposer gratuitement un site e-commerce sur Prestashop, un nom de domaine en .alsace, d’un accompagnement sur mesure et des services complémentaires offerts par les membres de La Ruche. Une fois le site créé, pensez à l’ajouter à la carte de la CCI !

Friends of PrestaShop

Des masques de protection avec des imprimantes 3D

Face à l’appel des autorités et des personnels de santé, plusieurs acteurs de l’économie numérique alsacienne se sont mobilisés pour aider à leur manière. Les imprimantes 3D sont particulièrement mises à contribution pour fabriquer des masques de protection pour les soignants. C’est le cas de l’AV Lab de Strasbourg qui en produit dans son fablab ou de Guillaume Fonné, professeur au Lycée d’Ingersheim, qui utilise l’imprimante 3D de son établissement. 

La communauté du Hacking Health Camp s’est également mobilisée pour “prototyper rapidement les solutions qui permettront de faciliter les soins dans le contexte actuel”. C’est le défi lancé à ceux qui veulent réfléchir en équipe à des solutions innovantes. L’initiative est notamment soutenue par Alsace Business Angels.

Visiter Strasbourg depuis chez soi

Rien de plus frustrant que d’être enfermé alors qu’il fait beau dehors. Pour continuer à rêver mais depuis son canapé, l’Office du Tourisme de Strasbourg a lancé le Hashtag #StrasbourgChezVous avec l’agence Pan pour faire découvrir les endroits incontournables ou insolites de la capitale européenne. De nombreux internautes ont suivi la démarche sur Twitter, Facebook ou Instagram. Je n’ai pas pu m’empêcher de suivre le mouvement avec mon blog Cotad tout comme Laurène avec Mon Week-End en Alsace et SxbGG sur Twitter.

#StrasbourgChezVous par Cotad
Jardin Botanique de Strasbourg pour #StrasbourgChezVous – crédit Cotad

De nombreux lieux culturels alsaciens participent également à #CultureChezNous. C’est une très bonne occasion pour redécouvrir les collections de la BNU ou du Musée Unterlinden. De son côté, Strasbourg Culture fait une sélection culturelle à destination des familles avec #StrasCultureChezVous.

Des apéros en ligne pour garder le contact 

Les apéros sur WhatsApp ou Skype ont fleuri depuis le début du confinement. Enfermés, isolés, les Français gardent le lien autour de l’incontournable apéro mais sous forme digitale cette fois-ci. Même des rendez-vous incontournables ont trouvé leur écho numérique. C’est ainsi que l’Apéro Entrepreneurs de Strasbourg continue à vivre grâce aux réseaux sociaux.

De même, le #Twapéro_SXB (qui a notamment permis de faire naître La Click) a eu une édition spéciale confinement avec des concerts Live de twigers. Chapeau SxBGG qui sait toujours prendre soin et connecter les Strasbourgeois 😉 

Ces startup alsaciennes qui rendent service pendant le confinement

FizzUp pour faire du sport à la maison

Difficile de faire des activités physiques coincés à la maison, mais pas impossible. La start-up colmarienne FizzUp propose un service de coaching sportif en ligne recommandé par le Ministère des Sports pour faire du sport à domicile. Le service Premium ou encore les séances pour les enfants sont gratuits pendant le confinement

Atolia pour le télétravail collaboratif

Slack n’est pas le seul outil pour travailler à la maison de façon collaborative. Atolia propose une alternative très intéressante hébergée en France. La start-up strasbourgeoise offre même gratuitement ses services de messagerie instantanée, de visioconférence, de stockage de documents et de calendriers partagés pendant le confinement. Une bonne occasion de tester la solution et de mettre en place des espaces de travail collaboratif propices au télétravail ?

ChargeMap pour recharger sa voiture électrique

Les propriétaires de voiture électrique connaissent bien ChargeMap. La start-up strasbourgeoise permet de trouver les bornes de recharge les plus proches et d’assurer la recharge multi-réseaux grâce à un pass. Pendant la crise du Coronavirus, ChargeMap soutient les personnels de santé en mobilisant sa communauté pour leur partager des points de recharge privés et en offrant les recharges effectuées sur certaines bornes des réseaux.  

Epopia pour continuer l’école à la maison

Si vous ne connaissez pas encore Epopia, c’est le moment de découvrir cette start-up qui donne l’envie de lire et écrire à nos enfants. Comment ? En les faisant participer par courrier à des histoires dans lesquelles ils décident de la suite. Pendant le confinement, les équipes d’Epopia viennent en aide aux enseignants et aux parents en mettant à disposition gratuitement des fiches pédagogiques du CP au CM1.

Faire émerger de nouvelles idées

Au-delà du Hacking Health Camp, un hackathon à la maison franco-allemand se tient à l’initiative d’Alsace Digitale et de son homologue allemande Start-up connect. Son objectif : imaginer les services qui peuvent faciliter le travail ou la vie pendant la crise. Voire après. Télétravail, plateforme d’e-learning pour les enfants ou encore venir en aide aux personnes âgées, voici quelques projets actuellement à l’étude.

De mon côté, j’y porte le projet eStork, une petite cigogne connectée qui veut faire le lien entre les producteurs-commerçants et les consommateurs locaux. 

Voyez-vous d’autres initiatives qui mériteraient d’être connues ? Parlez-nous en commentaire 😉


Thibaut

A fait ses premières requêtes web en québécois puis du marketing en danois. Quand il ne shoote ou ne blogue pas, il chante "I'm free" à sa petite fille. Consultant marketing digital et blogueur voyage.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *