Vous pensez qu’il n’y a que des selfies, des brunchs et des paysages idylliques sur Instagram ? Détrompez-vous. Instagram n’est plus seulement le réseau social sur lequel les internautes surfent pour voir ce que font leur famille ou leurs amis. Beaucoup y vont aussi pour partager un témoignage, savoir ce qui se passe dans le monde, s’informer de l’actualité de lieux qui leur importent,. Vous, moi, n’importe qui peut poster du contenu susceptible d’être réutilisé, raconté et partagé par des journalistes.

Ce mois-ci, deux événements ont bousculé la sphère médiatique alsacienne dans la même semaine. Deux annonces qui ont été faites sur le même canal : Instagram.

  1. Le 13 janvier, Cédric Moulot, le propriétaire du restaurant Au Crocodile à Strasbourg, a dévoilé le nom du nouveau chef : Romain Brillat, 34 ans, originaire de l’Ain.

2. Le chouchou des Alsaciens, Matt Pokora, a annoncé la naissance de son fils Isaiah ce 20 janvier.

Les réseaux sociaux ont rapproché les journalistes et médias de leur audience de bien des façons. Dans le traitement de l’info, dans la diffusion, l’engagement mais aussi dans le nombre de sources d’informations ou UGC (User Generated Content).

Les rédactions du monde entier, qu’elles soient régionales ou nationales, commencent à reconnaître Instagram comme un canal incontournable pour recueillir et diffuser des informations.

A elles de s’en saisir, par la suite, pour les traduire sur Instagram avec les codes du photojournalisme et du storytelling.

Ce lundi 30 janvier, la jeune militante suédoise pour le climat, Greta Thunberg, a annoncé sur Instagram avoir également déposé son nom.

View this post on Instagram

Impostors, trademarks, commercial interests, royalties and foundation… First: Unfortunately there are still people who are trying to impersonate me or falsely claim that they "represent" me in order to communicate with high profile people, politicians, media, artists etc. Please be aware that this is happening and be extremely suspicious if you are contacted by ”me” or someone saying they ”represent” me. I apologize to anyone who has been contacted – and even misled – by this kind of behavior. Second: My name and the #FridaysForFuture movement are constantly being used for commercial purposes without any consent whatsoever. It happens for instance in marketing, selling of products and people collecting money in my and the movement’s name. That is why I’ve applied to register my name, Fridays For Future, Skolstrejk för klimatet etc as trademarks. This action is to protect the movement and its activities. It is also needed to enable my pro bono legal help to take necessary action against people or corporations etc who are trying to use me and the movement in purposes not in line with what the movement stands for. I assure you, I and the other school strikers have absolutely no interests in trademarks. But unfortunately it needs to be done. Fridays For Future is a global movement founded by me. It belongs to anyone taking part in it, above all the young people. It can – and must – not be used for individual or commercial purposes. And third: together with my family I’m setting up a foundation. It’s already registered and existing, but it not is not yet up and running. This is strictly nonprofit of course and there are no interests in philanthropy. It is just something that is needed for handling money (book royalties, donations, prize money etc) in a completely transparent way. For instance, taxes have to be paid before we can give them away to specified purposes and charities. This takes a lot of time and work, and when the foundation is fully up and running I will tell you more. The foundation’s aim will be to promote ecological, climatic and social sustainability as well as mental health. Love/ Greta

A post shared by Greta Thunberg (@gretathunberg) on

L’oiseau bleu a-t-il encore le monopole des “breaking news” ?

Auparavant, lors d’un évènement d’actualité, l’utilisateur devait attendre qu’une rédaction publie un article. Avec l’arrivée de Twitter, les utilisateurs présents sur place ont propagé l’information immédiatement. Des nouvelles ont ainsi commencé à se développer sur Twitter avant même que les médias conventionnels ne puissent établir la moindre couverture. Des internautes ont rendu compte sur place des attaques terroristes de Bombay (novembre 2008), des émeutes urbaines en Grèce (décembre 2008), de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn (mai 2011), des contestations au Brésil contre Dilma Roussef (juin 2013), de la peur des citoyens sur la place Maïden lors du début de la crise ukrainienne (novembre 2013) ou encore de la révolte des chemises rouges contre le gouvernement thaïlandais (mai 2014).

Mais aujourd’hui, si vous deviez lancer une alerte, avertir une communauté, quel réseau social choisiriez-vous ? Assisterait-on à un changement de paradigme ? Informe-t-on à présent à coup de posts Insta & de stories ?

Instagram a encore un peu de chemin avant de ressembler à un newsfeed.

Toutefois, certains de ces contenus peuvent avoir des audiences sur les réseaux sociaux sans commune mesure avec celles que peuvent envisager les médias traditionnels. A surveiller donc de très près.

6 608 535 vues pour la vidéo IGTV du prince Harry annonçant renoncer à ses devoirs royaux.

Quels outils pour une veille sur Instagram ?

Vous trouverez facilement des plateformes qui vous permettent de faire des recherches par hashtags. L’incontournable Hootsuite par exemple. Mais si vous souhaitez approfondir votre veille, utiliser des plateformes qui permettraient par exemple de profiter de colonnes référençant des comptes à suivre (à la Tweetdeck), on ne va pas se mentir : c’est payant.

Voici une petite boîte à outils pour votre veille & analyse :


Amandine Munier

S'intéresse aux médias sociaux, à l'évolution de l'information à l'heure du numérique pour tenter de comprendre ce qui fait le monde d'aujourd'hui. La pâtisserie, c'est cool aussi.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *